• Le lycée - Véritable caveau, ou jardin d’Éden tant rêvé ?

    A la fin de ma dernière année de collège j'étais impatiente de commencer le lycée. La mentalité de mon collège m'était devenu insupportable depuis bien longtemps. Je ne respirais plus, j'avais l'impression d'être jugée sans cesse. Dans mon collège, tout le monde se connaissait et tout le monde était au courant de la vie de tous. Certes, j'avais un groupe d'amis géniaux mais : les cours ne me passionnaient plus (hormis l'histoire qui m'a toujours passionné et c'est sans doute grâce aux nombreuses sorties qu'on a pu faire sur la WWII), c'était toujours la même chose. On ne nous préparait pas à la méthodologie du lycée : c'était pareil qu'en 6e, voir qu'en primaire. 

    I | La SECONDE.


    Alors je voyais mon entrée au lycée comme une délivrance. Je n'étais pas non plus optimise, j'étais plutôt réaliste. Je me voyais déjà avoir beaucoup de difficulté dans la plupart des matières, j'avais même l'appréhension de finir seule, sans amie. Que tous m'abandonnent. Toutefois, ça s'est beaucoup mieux passé que ce à quoi je m'attendais. En allant voir la liste des classes, j'avais peur de me retrouver seule au monde, vraiment. Je voulais au moins me retrouver avec une amie de mon groupe, et ce fut le cas. En fait, je me suis retrouvée avec trois amies ! J'étais tellement heureuse : je ne serai ainsi pas seule pour découvrir la jungle de la cantine (y). 
    En professeur principale, j'ai eu une super prof - malgré sa sévérité poussée (tellement sévère qu'elle n'a pas le droit de corriger le bac les amis). Elle nous poussait à donner le meilleur de nous même/

    « N'ayez jamais de faibles objectifs, visez toujours plus haut, dépassez vos limites ! »

    Ainsi, au moment des attentats du 13 novembre 2015, elle nous a fait un très beau discours sur la tolérance et le respect envers autrui. Elle nous disait également que le pouvoir des mots était bien plus fort que tout, qu'elle comptait sur nous pour rendre le monde meilleur. Le discours qu'elle nous a sorti était clairement un discours digne d'un shonen. Le pire, c'est que notre prof d'histoire nous a fait un discours du même genre : on voyait à quel point il était révolté. A ce moment là, je me sentais comme une héroïne de manga : notre classe étaient les héros sur lesquels l'humanité reposait (j'ai vraiment pensé ça le temps d'une seconde).

    Français : Niveau mentalité, j'ai adoré ma professeur principale qui était également ma prof de français donc. Elle était intelligente, critique, et nous a sans doute tous apporté quelque chose. Elle se montrait juste avec tout le monde. Seul point négatif : elle nous gueulait un peu trop pour nous forcer à participer. Mais ses cours étaient vivant, même si ils étaient très compliqués (moi qui étais très forte en français, je parvenais difficilement à atteindre la moyenne. Ce qui me sauvait c'était les rédactions), ils étaient vraiment intéressant culturellement. J'adorais comprendre ce qui se cachait derrière telle tournure de phrase, etc.
    Mais, ce que je reproche a collège, c'est de ne pas nous avoir préparé au corpus, dissertation et commentaire de texte.

    Alors, certes, on nous rabâchait avec les sujets d'invention (et c'est ce que je préférais faire,d'accord). Mais là, on nous a jeté dans l'océan sans même savoir nager. Sachant qu'on avait un peu moins de 2 ans pour se préparer à l'épreuve de français, j'ai trouvé ça un peu injuste.  Je me rappelle cependant une activité géniale qu'on a pu faire : on a mis en scène le procès de George Milton Des souris et des hommes. Il y avait la défense (dont je faisais parti) et ceux qui accusaient. Quelqu'un jouait George, et chaque "avocat" disait son avis et ses arguments. J'ai trouvé ça super original, sachant que le livre en lui même ne m'a pas plu plus que ça, ça a permit de s'imprégner de l'histoire et de mieux s'y plonger.

    Histoire : Beh... Honnêtement, le programme n'était pas intéressant pour moi. Notre prof nous faisait une méthodologie comme un collège : contrôle, pareil, comme au collège. Mais le prof était cool quand même, pour nous intéresser davantage, il racontait le cours d'histoire à la manière de GoT (yep). En réalité, je m'y intéressais, mais sans plus. Je ne bossais pas plus que ça, donc j'avais des notes passables.

    Anglais : Alors, c'était un peu le bordel car nous étions tous mélangés par groupe de compétences. Je suis tombée sur le groupe des forts avec une amie, ouf je n'étais pas seule. Et honnêtement, j'étais bien contente d'être dans ce groupe. Etant donné que nous étions dans le groupe des "forts", les profs étaient beaucoup plus sympas avec nous. Ils étaient moins enclins à nous bombarder de devoir car nous avions déjà un très bon niveau. Alors que par exemple, ceux qui étaient dans le groupe le moins "bon", ils apprenaient ... L'alphabet en anglais ? Je vous jure. Ils avaient des questions nulles qu'on apprend par cœur en 6e "what's your name ?" etc. J'ai trouvé ça un peu offensant pour eux. En soit, le niveau n'était pas difficile. C'était basique. C'était un des cours les moins lourds, c'était comme une pause.

    Espagnol : Alors pareil, y avait des groupes de compétences mais on savait pas vraiment à quoi correspondait le nôtre. Clairement, faire des groupes de compétence en espagnol a été une énorme erreur car c'était même pas adapté au niveau ?! De plus, nous changions tout le temps de prof et AUCUN n'avait une méthodologie identique. Au collège j'avais 17, là je suis descendue à 12. C'était pas intéressant, c'était le bordel. Clairement, j'ai rien appris de plus qu'au collège.

    Maths : Malgré un prof qui ne sait pas gérer sa classe et qui explique mal, je m'en sortais quand même assez bien. Mais ceux en grosses difficultés c'était pas la même histoire. Certes, il faisait un effort, mais le pauvre était dépassé par l'ingérence des élèves. Il en est même venu à mettre des bâtons avec le nom de l'élève "au bout de 3 bâtons c'est 1h de colle!". C'est également "grâce" à ce prof là que j'ai pu vivre mes 2 seules heures de colle dans ma vie. Heures de colle injustifiée, et inutile. Même le CPE était surpris de me savoir coller alors que j'avais un excellent comportement, eh. Bon, au moins j'ai pu "profiter" de ces 2h avec mon amie collé pour la même raison injuste. Qui est tout aussi sérieuse que moi.

    Physique-Chimie : Une catastrophe. Seul ceux qui trichaient avaient la moyenne. Il expliquait mal, passait son temps à nous dire "chut". Les élèves s'amusaient à compter le nombre de fois qu'il disait chut. De plus, c'était pas du tout pareil qu'au collège : on avait zéro base. Alors quand t'as un mauvais prof assez âgé pour prendre sa retraite depuis 10 ans, beh tu te retrouve avec 6 de moyennes. Il nous a fait un controle : j'ai eu 3. Il nous a refait un contrôle pour rattraper celui là, j'ai eu 1. Ce qui est rassurant c'est que mon amie sérieuse a eu les même notes que moi xD.

    Svt : Honnêtement, c'était pareil qu'au collège. Rien n'a vraiment changé. C'est tout.

    Enseignements de spécialités.
    Principes fondamentaux de l'économie et de la gestion : Toute notre classe avait demandé comme spé l'SES (sciences économiques et sociales). Mais... C'était déjà blindé. Du coup notre classe a été rejeté et on nous a imposé la PFEG. Ah. C'était quand même intéressant. On aurait pu demandé à changer mais tout le monde est tombé sous le charme de notre prof : c'était un petit ange beaucoup trop gentil. Une petite crème ! L'une des meilleures. Voilà. Ce qu'il y a de bien, c'est que contrairement aux autres classes, nous avons pu nous entraîner pour les TPE avec cette prof. Avec mon amie sérieuse, le retour, on a donc fait un TPE sur Ben&Jerrie's. En réalité, c'était pas comme un TPE, c'était beaucoup plus simple. On devait présenter une entreprise et du coup voilà. Elle était trop mignonne avec nous, elle a fait la propagande de notre marque de glace préféré en disant "Cookie Dough ce sont les meilleurs!". Elle arrêtait pas de venir voir comment on avançait sur notre TPE pour complimenter notre mise en page "ouah c'était tellement jolie, votre TPE est vraiment mon préféré". C'était drôle xd.

    Littérature et société : La matière m'intéressait beaucouuuuup. Mais, ce fut un peu la déception. C'était quand même intéressant mais je m'attendais un peu à mieux. Quelque chose que j'ai adoré faire : on a travaillé sur les dystopies et les utopies. Ainsi, j'ai pu découvrir un livre que j'ai trouvé super : La part de l'autre d'Eric-Emmanuel Schmitt, se basant sur l'histoire du vrai Hitler et celle d'Adolf Hitler si il avait été accepté aux Beaux-arts de Paris. J'ai trouvé ce livre passionnant. Il se révéla par la suite que je fus la seule à avoir lu le livre en entier dans ma classe de litso. Ouip. Problème : Un contrôle était prévu. Si t'avais moins de 6 : heure de colle. Si t'avais moins de 10 : devoir maison à rendre. Du coup j'ai expliqué le livre secrètement à certains élèves de la classe pour les sauver (mission réussi). J'aurai dû demander une rémunération en vrai.

    Sport : Bah... ça n'a pas changé du collège, c'étaient exactement les mêmes activités quoique noté plus sévèrement.

    Niveau vécu, c'était plutôt stressant au début, mais plaisant en même temps. Je me sentais comme une héroïne de shôjô qui découvre le lycée.  Je suis tombée sur une classe top, malgré ma timidité et ma transparence, je me suis assez vite intégrée. Les gens étaient sympas, pas proutprout, et on s'amusait bien. Ma première année de lycée s'est surtout basé sur le social et les expériences. J'en avais un peu marre des cours après avoir passé le brevet, j'avais envie de me sortir un peu ça de la tête. Me détendre un peu, donc j'ai pas trop bossé (assez quand même mais je ne visais pas les meilleures notes).

    En dehors du français, le niveau était assez équilibré. Un peu plus dur, mais pas trop non plus. C'était une bonne année honnêtement. D'autant que dans mon lycée, il y a des clubs que l'on peu rejoindre. J'ai rejoins l'atelier Japon comme vous vous en doutez, et c'était fort sympathique. Il y avait une bonne ambiance, on faisait des sorties géniales : on est allé voir une exposition sur les youkai et le fantastique à Paris pour ensuite mangé au restaurant japonais Atsu-Atsu et finir par des boutiques japonaises (épiceries, librairies). On est également allé au cinéma voir Miss Hokusai, le film d'animation.

    II | La PREMIÈRE.


     Contrairement au récap de la seconde, je vais plutôt vous faire un bref résumé.

    Là, j'ai trouvé le niveau beaucoup plus simple. Bon après, j'ai beaucoup plus bossé, je me suis repris en main car à la fin de l'année il y avait les épreuves anticipées du bac. Ayant eu une moyenne médiocre en Physique-chimie en seconde, je voulais rattraper le coup. Heureusement, je n'ai pas eu les mêmes profs, ce fut beaucoup plus simple avec celui que j'ai eu. Je comprenais ! Bon, après j'ai fait une filière économique et sociale. Du coup, même si subsistent les sciences, le niveau n'est pas aussi élevé qu'en S. Ainsi, je suis passée d'une moyenne de 6 à 17/18. Oui. Je pense que mon prof de seconde était vraiment pourri. Pareil en français, je suis passé de 11 à 16/17. Je suis passée d'une prof ultra sévère à une prof beh normale. L'histoire se corsait un petit peu : nous apprenions enfin la méthode du bac.Le programme était plus intéressant qu'en seconde, je l'ai préféré.

    En anglais, c'était cool aussi, beaucoup plus intéressant et plus simple aussi. Mais en espagnol, mama, je suis tombée sur la pire prof. C'était une prof en mode "regardez, regardez, heinhein, hmhm, je suis la plus belle bitchs". Elle avait ses élèves favoris, et ceux qu'elle aimait moins. Bizarrement, elle préférait que les mecs (serait-ce cette espèce que l'on nomme cougar ?), appelait les élèves "ma chérie/mon chou" etc. Elle s'asseyait sur son bureau les jambes écartés (on voyait bien sa culotte, trop bien) et oubliait sur toutes mes copies avec mon amie sérieuse au minimum 1,5 points. Mon espagnol a fortement régresse avec elle, ça m'a fait détester cette langue pour vous dire. On a rien apprit. Vraiment, c'était n'importe quoi.

    Les maths étaient plus simples qu'en seconde, et plus intéressantes.J'avais une meilleure moyenne. La ses, moi qui touchait à cette matière pour la première fois, m'a intéressé au début pour le côté sociologique mais après purée, j'ai laché au moment des banques et de la monnaie. C'était inutilement long. Ça aurait pu être plus intéressant si le prof avait mis plus d'exercices et moins de grattage de cours dans son programme. Honnêtement, le programme en première est pas intéressant, mais ne vous inquiétez pas car en terminale, la ses est beaucoup plus intéressantes. C'est juste qu'en première on doit poser les bases. L'expérience du TPE était un peu chiante. J'ai trouvé ça beaucoup trop long pour vous dire. De plus, à côté je devais préparer mon voyage au Japon avec le lycée, donc c'était pas super pratique : je devais louper des cours (yes). J'étais vue un peu comme la privilégiée qui pouvait louper le cours d'histoire car réunion. youpi.

    Par contre, ce que j'ai détesté, c'est l'ambiance de ma classe. Je m'étais retrouvée avec une amie et une autre fille de ma classe (qui monopolisait mon amie et limite me laissait dans mon coin) mais la classe avait déjà ses groupes, et on s'est retrouvé limite à l'écart. En plus les filles parlaient que de mecs, de vêtements. Ça va 5 minutes mais c'est tout quoi. Et elles étaient un peu hautaines (cc je suis riche, je vais prendre mes vacances en Thailande et à Hawaii et pas toi). Et alors les garçons, meh. Euh, vous êtes en 6e ou en première là ? Sérieux j'avais envie de les baffer. L'année de première a été pour moi le commencement de la fin. Je me sentais un peu abandonnée : j'ai perdu de vue certaines de mes amies, je me sentais vraiment seule dans ma classe, le stress commençait à m'envahir car on nous harcelait sur le bac et notre orientation, bref, pas top. Heureusement qu'il y a eu le voyage au Japon lors de cette année pour me détendre un minimum.

    III | La TERMINALE.


    Pour les matières ainsi que la difficulté, c'était pareil que la première mais le français et les sciences en moins. J'avais donc un emploi du temps beaucoup plus léger. L'histoire et la SES se sont révélés beaucoup plus intéressants qu'en première, et je pense que les profs y sont pour quelque chose. Malheureusement, nous avons dû changer de prof d'histoire en cours d'année car elle avait une problème de santé assez important qui la bloquait à l'hôpital. En écrivant ça j'en ai les larmes aux yeux. J'ai pleuré quand j'ai appris qu'elle était gravement malade, ça fait extrêmement bizarre. Elle était super gentille et avait l'air pourtant d'aller bien les dernière fois qu'on la eu en cours. Malgré ses problèmes de santé, elle pensait toujours à nous encourager par mail pour le bac blanc et le bac. J'espère sincèrement qu'elle va aller mieux, vraiment. Du coup, courage madame.

    Les maths se sont révélés être une catastrophe. C'était la première fois de ma vie que j'avais des notes si pourries alors que c'était le même programme qu'en première (?). J'ai eu une prof vraiment pas terrible qui n'allait voir que les élèves qui n'avaient pas besoin d'elle et laissait les vrais élèves en difficultés. Je n'ai jamais réussi à avoir au dessus de 8 avec elle.

    La philosophie, malgré ma crainte, s'est révélée une matière fort intéressante qui m'a passionnée dès le début. J'avais un prof passionné, ça aide. Le sport, c'était pareil. Juste que le prof notait à la tête si vous voulez mon avis :)))

    Psychologiquement, c'était dur. Je ne souhaite de vivre cet état à personne. Je suis facilement envahie par le stress, et là je n'ai fait que ressentir ça tout le long de mon année de terminale. L'orientation me stressait, parcoursup n'aidant pas (cc le connard qui a mis ça en place, cv ?), le stress du bac également. De plus, je ne me sentais pas du tout soutenue par mes amies. J'ai énormément manqué les cours cette année à cause de mon anxiété : je faisais des crises d'angoisse à tout bout de champs, je me sentais seule, abandonnée. Je haïssais mes amies pour ne pas me soutenir ou chercher à savoir ce qui n'allait pas. Elles me jugeaient car je manquais souvent les cours et pour elles c'était par flemmardise alors que j'allais vraiment mal. Mon corps était épuisé : j'ai fais des crises de tachycardies, je suis donc allée à l'hôpital. Personne ne s'est inquiété plus que ça.

    Mon médecin a du m'arrêter plus d'une semaine car mon corps subissait tellement d'angoisses que mon cœur était fatigué. Je pleurais pour rien, pour tout, mon eczéma était de retour, mon corps faiblissait. J'avais des idées noires tout le temps, vraiment. Les remarques du genre "tu pourras me ramener ça demain ? Du moins si t'es là mdr" étaient blessant pour moi, je vous jure. Le pire c'est que c'était de la part d'une fille qui ne bossait pas, alors que malgré mes absences je continuais de travailler dur mais bon... Ce n'est que depuis 1 ou 2 semaines que j'ai un état plus "stable". Que je me sens mieux. Le bac est enfin terminé, l'angoisse d'être accepté sur la fac que je veux aussi (cc parcoursup nul qui ne lit par les dossiers, cv?), le stress de devoir trouver un appart est fini également. Je suis donc accepté en fac d'histoire de l'art et d'archéologie

    En réalité, je ne dirai pas que c'était l'enfer pour moi le lycée. En soit, ça allait. C'est vraiment le fait de se sentir abandonné et le mélange de stress qui m'a fait sombrer. Honnêtement, le lycée m'a fait grandir et me rendre plus mature et plus compréhensive sur certains comportement et états d'esprits. Le problème du lycée c'est que certaines personnes exposent leurs problèmes comme si les autres n'en avaient pas, ou du moins comme si leurs problèmes étaient insignifiants. Clairement. Le mentalité autour de moi c'était "Tu vas mal ? On est tous dans le même bateau alors vas voir un psy et tais-toi".

    Je vous jure, c'était clairement ça (on m'a même dit ce genre de phrase mais sans le tais-toi, mais personnellement je l'ai ressenti comme ça). J'aurai aimé que les gens ouvrent les yeux, sachant que toi même tu fais des efforts alors que tu vas extrêmement mal. Certes, je ne dis pas que j'avais des problèmes importants, mais j'aurai aimé recevoir un peu plus de soutien, qu'on prenne de mes nouvelles de façon plus convaincantes que "tu reviens demain ? Ok". Toutefois, le lycée était intéressant niveau culture. L'atelier Japon, et la ses notamment, le français, la philo et l'histoire m'ont beaucoup appris et j'ai aimé ça. Au lycée, il y a ce sentiment agréable que tout nous est possible, Ce sentiment de liberté qu'on n'a pas au collège. On se sent maître de notre destin.

    Le lycée est une expérience différente pour tout le monde. Ici, vous avez eu le vécu d'une famille tout à fait banale, voir transparente. Je n'étais pas la fille populaire, ni la fille solitaire en marge de la société. J'étais une fille normale facilement angoissée, malheureusement. Malgré mon été psychologique, j'ai pu vivre de bons souvenirs : les journées déguisées de mon lycée, le voyage au Japon, les sorties, les cours. La pression est tout simplement beaucoup trop forte sur nos frêles épaules.
    Je pense qu'on devrait postuler dans les facs dès la première, comme ça on n'a pas le stress de se trouver une fac et travailler pour le bac. Ainsi, si on a pas tout de suite une place dans l'école qu'on veut car en liste d'attente, on passe pas nos vacances d'été à stresser de savoir si on aura quelque chose pour la rentrée ou pas (cv parcoursup sinon?), et on peut plus aisément trouvé un appart sans se stresser davantage. Honnêtement, le problème de la terminal c'est que tout nous tombe dessus.

    Ainsi, futurs secondes, futurs premières et terminales, ne vous mettez pas la pression. Certes, le stress peut être un facteur qui nous aide à progresser mais pas à forte dose. Ça peut vous détruire. Aimez-vous davantage, ne faites pas attention aux remarques des autres. Travaillez au rythme donc vous avez besoin pour réussir et surtout, profitez. Ne soyez pas méchants avec les autres, ne les jugez pas sur le coup d'une rumeur car je peux vous dire que vous risquez de détruire une personne qui ne mérite pas ça. Profitez du lycée pour chercher et assumer votre style : beaucoup auront des styles différents, donc ne vous cachez pas. Ceux qui critiquent sont seulement ceux qui n'osent pas, et qui se complaisent dans leur moutonnerie. N'hésitez pas à prendre des nouvelles de vos amis quand vous voyez qu'ils semblent différents : je vous jure que ça fait toujours plaisir. Certaines personnes n'osent rien dire et attendent qu'on vienne vers elles pour leur demander ce qui ne va pas, et se plaignent ensuite que personne ne s'inquiète d'elles.

    « Ne faites pas aux autres ce que vous ne voudriez pas qu’on vous fasse. » est le plus important.

    strangecheshire

    « TPE - Japon : l'influence de la politique sur la mode03.08.18 - Trait pour trait »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    1
    Lundi 30 Juillet à 09:42

    Halala, les gens ne grandiront jamais. Je pense que le principal problème en terminal à été que tu étais beaucoup plus mature que l'ensemble de ta classe. Et je pense qu'une angoisse en amène uneautre, et avec ton environnement, ça ne t'as pas aidé.

    Je connais ça aussi les classes horrible, cette année j'ai eu une classe imbuvable, comme tu l'as dit vous étés en 6e ou au lycée, et dire que la classe de term  va se nommer classe de la maturité -_-

    Contrairement à toi en  2nd, j'ai eu la chance d'avoir des profs géniaux, à l'exception de ma prof de SES, qui ne faisait pas cours, comme son collègue  par ailleurs. Mais je peux comprendre ton ressenti, les profs horribles, ça me connais. Pour te donner un exemple, notre prof d'svt en 6e, expliquait mal en plus d'être tyrannique, et si tu n'avais pas compris, tu n'ecopais que d'un ''tu n'avais qu'à écouter''

    Pour ce qui est du français, je suis d'accord avec toi. Quand je vois que dans les commentaires on en est même pas encore au stade de trouver nous même la problématique etc, et que le bac est l'an prochain et qu'on a encore la dissertation à voir, et qu'avec les personnes turbulantes de mon lycée on avance pas, ça me fait peur...

    Sinon très bon article, j'ai bien aimé la petite morale en fin d'article, c'est encourragenant. Je te souhaite plein de courage et de réussite pour la suite de tes études :)

      • Lundi 30 Juillet à 14:01

        Oui, je pense aussi que c'était une question de maturité car, pour te donner un exemple, une des filles hautaines bourges dénonçait les tricheurs. En soit, c'est normal, mais quand tu sais qu'elle même triche... Ah ok. 

        (Je me suisfaite exactement la même reflexion quetoi, surtout quand tu vois que les mecs de ma classe faisaient encore desbruits d'animaux en terminale.. ) En tout cas, courage à toi ! J'espère que tu tomberas sur une prof efficace en première e une bonne classe c: (je te le souhaite car après on change pas du tout de classe ;_; )

        Merci beaucoup, à toi aussi ! :)

      • Mardi 31 Juillet à 12:54

        Elle  a une maturité de primaire quoi. Dans ma classe , en cours de français, ils s'étaient amusé à balancer des règle en métal, et c'était le 'caïd' de la classe qui se l'etais prit -_-"

        L'an prochain, plus de ses,étant donné que j'ai choisi la filière scientifique :3 Mais une de mes amie qui a choisi es a leur pour la ses, car c'est l'autre prof incapable, qu'elle a eu cette année, et sur 1h30 de cours, il part une heure faire des photocopies pour revenir les mains vides. Donc ça lui fait un peu peur, étant donne que cette matière à tout de même un gros coef au bac.

        Merci,j'espère aussi, car j'en ai un peu marre des boulets de service, mais comme tout le monde va en s dans mon lycée, j'aurais tout de même des personnes qu'on a pas envie de voir, et d'autre qui ne savent toujours pas compter et lire mais qui ont quant même réussi à arriver jusque là on ne sait trop comment.

        J'espèree que tu auras toi aussi une bonne classe dans tes futures études  :)

      • Mardi 31 Juillet à 17:05

        Woh, l'amusement :')

        Oula effectivement. Après, c'est vraiment le programme de terminale qui compte dans le bac, donc si elle a un excellent prof en terminale, ça devrait aller ! Et si elle veut une bonne base, il y a toujours les bons profs sur youtube qui ont sauvé la vie de plusieurs personnes ! 

        Ah oui ? Dans mon lycée, tout le monde va en S et en ES. J'espère que t'auras de bons profs alors, et une classe qui écoute et qui est sérieuse.

        Merci ! Toi aussi !

      • Mardi 31 Juillet à 19:11

        Le problème c'est que  c'est le même prof. On en a qu'un, et la prof que j'ai eu, sauf qu'elle n'a qu'une classe de seconde, et le reste c'est des BTS. Oui, elle devrait trouver son bonheur sur YouTube effectivement.

        Comme quoiça diffère d'un établissement à un autre. Cette année ils étaient 8 en L, du coup ils étaient avec les ES. J'ai l'impression que dans mon lycée, soit ils font une filiere technologique soit S

        Oui j'espère aussi. Cette année je n'est eu pratiquement que des bons profs, donc j'espère qu'il en sera de même à la rentrée x)

    2
    Mardi 31 Juillet à 14:11

    Je te suis depuis longtemps et te soutiens avec les moyens que je peux, je suis certain que tu vas t'en sortir haut la main mais ne te repose pas sur ce que je dis, même si j'en suis certain, il faut que tu tiennes bon et que tu ne te laisses pas distraire par le flux des évènements qu'ils soient bons ou mauvais !

    En tout cas si il se passe quelque chose et que ça ne va pas, pense à moi qui ai du lâcher les études pour les mauvaises raisons et qui arrive quand même à m'en sortir en apprenant ce qu'il faut apprendre en autodidacte ! Courage et coeur sur toi ♥

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :