• Le maître des illusions, Donna Tartt


    Lectures d'AutomneLectures d'Automne
    Lectures d'AutomneLectures d'Automne


     Résumé : En décrochant une bourse à l'université de Hampden, dans le Vermont, Richard Papen ne laisse pas grand chose derrière lui : la Californie, qui lui déplaît ; son adolescence, faite de souvenirs incolores ; et ses parents, avec qui il ne s'entend pas. Hampden est une porte de sortie inespérée, l'opportunité de vivre une nouvelle vie. Passées quelques semaines, il est bientôt attiré par un professeur atypique, Julian Morrow, esthète capricieux qui enseigne les lettres classiques à cinq étudiants apparemment très liés. Contre l'avis de ses professeurs, il tente de s'introduire dans le groupe de ces jeunes gens marginaux sur qui courent les plus folles rumeurs. Et il est loin d'imaginer ce que lui coûtera sa curiosité. (source : Babelio).

    Un roman à l'ambiance automnale et mystique comme on aime, avec des personnages à la psychologie étonnante mais toute aussi fascinante. Chacun possède ses fars, et qui sont séduisants dans leur marginalité. J'ai adoré l'atmosphère qui se dégage de ce livre, et qui peut également se lire sous la couette avec un chocolat chaud en hiver, mais le côté "mystère" est plus adaptée à l'automne.

    « J'ai vu les choses se passer très calmement - sans peur, sans pitié, sans rien sauf une sorte de curiosité médusée - de sorte que l'impression de cet événement est gravé de façon indélébile sur mon nerf optique, mais curieusement absente de mon cœur. »


    Maison hantée
    , Shirley Jackson.


    Lectures d'Automne   Lectures d'Automne

    Lectures d'Automne  Lectures d'Automne


    Résumé : Construite par un riche industriel au XIXe siècle, Hill House est une monstruosité architecturale, labyrinthique et ténébreuse, qui n'est plus habitée par ses propriétaires. On la dit hantée. Fasciné par les phénomènes paranormaux, le docteur Montague veut mener une enquête et sélectionne des sujets susceptibles de réagir au surnaturel. C'est ainsi qu'Eleanor arrive à Hill House avec ses compagnons. L'expérience peut commencer, mais derrière les murs biscornus, les fantômes de la maison veillent et les cauchemars se profilent... (source : Babelio)

    Un roman à l'atmosphère entraînante et qui marque nos esprits aussi bien psychologiquement que mentalement. On comprend la perdition des personnages, on se laisse envahir par le pouvoir de Hill House et ce roman qui a inspiré la génialissime série qu'est The Haunting of Hill House. La fin nous laisse interdit, les mots nous ancres et hantent nos pensées.

    « Une maison est comme un visage. Quand elle exhale l'arrogance et la haine, quand elle est sans cesse à l'affût, elle ne peut être que dangereuse. Et Hill House semblait s'être érigée seule, selon ses propres plans. Il n'y avait pas en elle la moindre place pour l'homme, ni pour l'amour, ni pour l'espoir. Elle était l'abomination, la mort. »


    Northanger Abbey
    , Jane Austen


    Lectures d'Automne   Lectures d'Automne

    Lectures d'Automne   Lectures d'Automne


     Résumé : Par sa gaucherie, ses rêveries naïves et son engouement pour les vieux châteaux, Catherine Morland semble loin des modèles de vertu. Mais si cette jeune Bovary délicatement british n'a rien d'une héroïne, c'est que Jane Austen s'amuse ! Et nous emporte, d'une plume malicieuse, d'un bout à l'autre du plus moderne des romans austeniens. (source : babelio)

    Sans doute là l'une des œuvres les moins connues de Jane Austen. Loin de l’atmosphère lourde des livres présentés ci-dessus, ici on y retrouve une satyre des romans gothiques de son époque avec parcimonie. L'héroïne, naïve et à l'esprit inventif, nous entraîne dans ses délires de complots et de fantômes favorisés par une trop grande imagination qui pourrait nous arriver à tous site à une grande ingestion de films d'horreur.

    « Elle avait inventé cette histoire de toutes pièces, n’écoutant que son imagination, résolue à s’alarmer de tout, donnant de l’importance à des détails insignifiants, interprétant le moindre fait dans un sens toujours identique, dans le seul but de satisfaire l’ardent désir, qu’elle nourrissait avant même de pénétrer dans l’abbaye, d’avoir affreusement peur. »


    strangecheshire 

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique